• |
  • |
  • |
  • |
  • |
PORTAIL FORMATION
  • |
  • |
  • |
  • |
  • |
  • |
  • |
AUTO-FORMATION EN SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE
LE CONTRÔLE ULTIME PRÉ-TRANSFUSIONNEL (CUPT)
AUTEURS Véronique BETBEZE (CHU de Nantes), Patricia AURY, Jean-Jacques CABAUD (INTS)
Mise à jour 12/04/2016
OBJECTIFS
  • Vérifier les concordances
  • Réaliser le contrôle ultime de compatibilité AB0 (Pour les CGR)
  • Décider et réaliser l’acte transfusionnel
  • Tracer la réalisation des contrôles
SUPPORT DE COURS
1. Les trois objectifs du CUPT
1. Vérifier les concordances
Appliquer les contrôles ultimes pré transfusionnels obligatoires, verrous incontournables de la sécurité transfusionnelle :
  • 1ère étape : contrôle des 4 concordances pour tous les PSL :
    • Concordance d’identité
    • Concordance de groupe sanguin
    • Concordance de produit
    • Concordance des protocoles transfusionnels
  • 2ème étape uniquement pour les concentrés de globules rouges :
    • pratique et interprétation du test de compatibilité biologique ABO
    • décision
    • conduite à tenir en cas d’anomalie ABO
2. Eviter une erreur transfusionnelle ABO
3. Transfuser le bon produit au bon patient
2. Les cinq points clés de la réalisation d’un CUPT
1. Obligatoirement au lit du patient
Circulaire du 15 décembre 2003 relative à la réalisation de l’acte transfusionnel :
La sécurité de l’acte transfusionnel repose sur : une unité de lieu, une unité de temps et une unité d’action.
Unité de lieu : le contrôle pré-transfusionnel est effectué en présence du patient
Unité de temps : le contrôle pré-transfusionnel concerne la vérification simultanée de l’identité du receveur et du PSL à transfuser
Unité d’action : C’est la même personne qui procède à l’ensemble des contrôles (receveur, documents, PSL) et qui met en place la transfusion (« Je contrôle, je transfuse »)
2. Ne concerne qu’un seul patient à la fois
3. Obligatoire pour chaque PSL y compris en cas d’urgence vitale
4. Réalisé immédiatement avant chaque transfusion
5. Réalisé par la personne qui pose la transfusion
3. La réalisation pratique d’un CUPT
Le contrôle ultime pré-transfusionnel comprend toujours deux étapes :
  • 1ère étape : Pour tous les PSL, contrôle ultime attentif des quatre concordances :
    • concordance d’identité
    • concordance de groupe
    • concordance de produit
    • concordance de protocoles transfusionnels
  • 2ème étape : Uniquement pour les CGR, réalisation du test de compatibilité biologique ABO entre le sang du malade et le sang de la poche de CGR (cette étape ne concerne pas les concentrés de plasma et de plaquettes)
3.1 1ère étape : Contrôle attentif des quatre concordances : identité /groupe/ produit/ protocoles
3.1.1. Concordance d’identité
Vérifier la concordance absolue de l’identité du receveur (nom de naissance, prénom(s), date de naissance, sexe, nom marital ou usuel s'il y a lieu) :
EN INTERROGEANT LE PATIENT PRESENT DANS LE LIT (lorsque son état le permet) AVEC LES MEMES REGLES QUE POUR LE GROUPAGE SANGUIN c’est-à-dire FAIRE DECLINER, COMME LE VEUT L'USAGE, LE NOM MARITAL, LE NOM DE NAISSANCE, LE (S) PRENOM(S), LA DATE DE NAISSANCE
Ceci est l’élément supplémentaire indispensable par rapport aux contrôles effectués lors de la réception des PSL. En cas d’impossibilité, suivre la procédure d’identification en vigueur
Cette identité doit concorder avec celle mentionnée :
  • sur la prescription médicale de PSL
  • sur le document de groupage sanguin (carte de groupe et résultat RAI)
  • sur la fiche de délivrance (FD)
  • sur l’étiquette de la poche en cas de transfusion autologue ou de compatibilisation
Identité patient = Identité sur la prescription = Identité carte = Identité FD = Identité PSL (compatibilisé autologue)
Cas clinique : erreur d’identité
M. Br. Jean-François, né le 5/11/48, est hospitalisé et transfusé à la suite d’une hémorragie digestive. L’infirmière se rend au lit du patient avec les documents et le CGR au nom de M. Br. François né le 12/12/48 et l’interroge avant transfusion :
« pouvez-vous me donner votre nom et votre prénom ?
- je suis M. Br. Jean-François. Ici, tout le monde m’appelle François, mais mon véritable prénom est Jean-François.
« quelle est votre date de naissance ? »
- je suis bien né en 1948, le 05/11/48 »
Conclusion : homonymie, mais prénom et date de naissance différents.
3.1.2. Concordance de groupe sanguin
Vérifier la concordance des groupes sanguins ABO entre :
  • l’étiquette de la poche du PSL
  • le document de groupage sanguin (carte de groupe)
  • et la FDN
Deux cas se posent :
  • Tranfusion isogroupe
  • Transfusion non isogroupe
3.1.2.1. Transfusion isogroupe
Les groupes ABO du malade et de la poche sont identiques :
  • vérifier la concordance des produits et protocoles transfusionnels et passer à la 2ème étape pour les CGR : pratiquer le test de compatibilité biologique ABO
  • voir aussi le Rhésus pour les CGR et les concentrés plaquettaires
3.1.2.2. Transfusion non isogroupe
Les groupes sont différents :
  • Vérifier qu’ils sont compatibles : se référer au schéma de compatibilité ABO ci-dessous. Vérifier qu’il s’agit des bonnes unités destinées au bon patient
  • Vérifier la concordance des produits et protocoles transfusionnels et passer à la 2ème étape pour les CGR : pratiquer le test de compatibilité biologique ABO
Au moindre doute, appeler le médecin responsable de la transfusion qui seul peut décider ou non de l’utilisation de ce produit. Celui-ci contacte, si nécessaire, le médecin de l’EFS habilité à délivrer un conseil transfusionnel
Cas clinique : erreur de concordance de groupe sanguin
1 CGR destiné à un patient A+
Erreur d’attribution de l’EFS : la fiche de délivrance (FD) du patient A+ est jointe à une poche O+ destinée à un autre patient
Le CGR O+ est reçu dans le service :
  • e contrôle à la réception n’est pas réalisé
  • le contrôle ultime au lit du malade est incomplet : l’infirmière note la différence de groupe lors du test (patient A, CGR O)
  • elle ne vérifie pas le groupe de la poche noté A+ sur la FD
  • elle ne contrôle pas la concordance de n° de CGR reçu avec celui noté sur la FD
3.1.2.3. Compatibilité ABO pour la transfusion de CGR
En cas de transfusion de PFC, le sens de compatibilité est inversé
3.1.3. Concordance de(s) produit(s) sanguin(s)
Vérifier la concordance des produits reçus (CGR, PFC, CPA, MCP, sang total reconstitué) avec :
  • la prescription médicale de PSL
  • la FD
  • l’étiquette de la poche de PSL
Vérifier la concordance des numéros des produits reçus :
  • sur la FD
  • sur l’étiquette de la poche de PSL/li>
Concordance de produit
CGR = Ordonnance = FD
Cas clinique : erreur de concordance de produit
2 CGR A+ distribués pour 2 patients adultes hospitalisés dans la même nuit dans le même service.
Même groupe sanguin A+
Même sexe, environ le même âge (76 et 78 ans)
Pathologie similaire
1 CGR est compatibilisé pour le patient n°2 en raison d’une RAI positive
1er CGR destiné au patient n°1 est reçu dans le service :
CGR non compatibilisé transfusé au patient n°2
2ème CGR reçu un peu plus tard pour le patient n°2 non transfusé
Conclusion :
Défaut de contrôle à réception pour la 1ère poche reçue
Défaut de contrôle ultime au lit du malade : 1ère étape non réalisée
Gravité des conséquences transfusionnelles pour le patient n°2
3.1.4. Concordance des protocoles transfusionnels
Vérifier la concordance des protocoles transfusionnels :
  • sur la prescription médicale de PSL
  • sur l’étiquette de la poche de PSL
Les protocoles éventuellement prescrits sont spécifiques au patient et concernent les qualifications ou transformations suivantes :
  • Qualifications : phénotypé, compatibilisé, CMV négatif, HLA compatible
  • Transformations : irradié, déplasmatisé, réduction de volume
Cas clinique : erreur de conformité des protocoles transfusionnels
Prescription de 2 CGR phénotypés pour 1 patient greffé
Erreur de distribution de l’EFS : produits non phénotypés délivrés et RAI + 21 jours plus tard
Erreur soignant : défaut de contrôle à réception et défaut de contrôle au lit du patient
3.2. 2ème étape : Epreuve de compatibilité biologique ABO
(Cette étape ne concerne pas les poches de plasma et de plaquettes)
Réaliser l’épreuve de compatibilité biologique ABO entre le sang du malade et le sang de la poche de CGR
Noter sur la carte de contrôle l’identité du patient, la date et la personne ayant réalisé le test, le n° du CGR
Noter dans le dossier transfusionnel l’interprétation du contrôle
S’il y a concordance, et que les résultats obtenus sont ceux attendus au vu de la carte de groupe et de l’étiquette du CGR, la transfusion peut être réalisée
Réaliser le test implique pour l’opérateur de débuter la transfusion
4. Rappel de la réglementation
Les conditions de réalisation du contrôle ultime pré-transfusionnel (CUPT) sont définies dans la circulaire n° 03/582 du 15 décembre 2003 relative à la réalisation de l’acte transfusionnel
L’acte transfusionnel :
« Il est réalisé par les médecins et, sur prescription médicale, par les sages-femmes ou le personnel infirmier et impose, lorsqu’il est délégué, une collaboration étroite et constante avec les médecins afin que ceux-ci puissent intervenir à tout moment »
Le médecin prescripteur est responsable de la transfusion qu’il ordonne : il doit vérifier la compétence de la personne à laquelle il en délègue la réalisation. Il doit s’assurer que les conditions de réalisation de l’acte sont optimales pour le patient. S’il n’est pas lui-même présent au moment de la réalisation de l’acte transfusionnel, il doit s’assurer d’une présence médicale susceptible d’intervenir à tout moment
« La sécurité de l'acte transfusionnel repose sur :
  • Une unité de lieu : contrôle ultime pré-transfusionnel effectué en présence du patient,
  • Une unité de temps : contrôle simultané de l'identification du receveur et du produit sanguin labile à transfuser,
  • Une unité d'action : réalisation de l’ensemble des contrôles par la même personne »
Le contrôle ultime pré-transfusionnel :
« Il s'agit du dernier contrôle de sécurité avant l'administration du produit sanguin labile. Il est toujours réalisé en présence du patient à l'aide des documents et matériels nécessaires et il est renouvelé pour chaque unité transfusée au rythme de leur pose
Le contrôle ultime pré-transfusionnel se décompose en deux étapes. Chacune de ces étapes doit être exécutée successivement, selon un mode opératoire précis
  • Première étape: le contrôle ultime de concordances entre le patient, les produits et les documents
  • Deuxième étape : le contrôle ultime de compatibilité biologique ABO en présence du patient lors de la transfusion de concentré globulaire homologue ou autologue »
Rappelons que :
Le CUPT est obligatoire pour toute transfusion de produit sanguin labile (PSL), y compris :
En cas d’urgence vitale : dans ce cas, l’attribution des PSL « court-circuite » la procédure habituelle et le CUPT doit impérativement jouer son rôle de verrou sécuritaire
En cas de transfusion autologue : les données de l’hémovigilance montrent que des accidents ABO sont survenus avec des CGR autologues (cf. cas pratiques)
Même si une épreuve de compatibilité au laboratoire (réaction de compatibilité entre le sérum du malade et les hématies de la poche à transfuser) a été préalablement effectuée
En effet, le CUPT s’impose, car il permet de parer dans le système ABO aux erreurs d’étiquetage de tubes, d’attribution de CGR et d’identification du patient
« En France, le risque global d’erreur d’attribution est actuellement estimé à 1 pour 30 000 transfusions avec une potentialité de décès à chaque cas. Ce risque, constant dans sa mesure depuis plusieurs années, figure parmi les causes actuelles majeures de morbidité et mortalité transfusionnelle, avec les accidents par contamination bactériologique, par surcharge volémique et les TRALI. En 2015 l’ANSM a reçu 7836 EIR soit une incidence de 136,9 pour 10 000 patients transfusés (Rapport activité hémovigilance ANSM 2014)
L’analyse rétrospective de plus de 60 cas de ces erreurs d’attribution a montré que les dysfonctionnements surviennent tout au long de la chaîne transfusionnelle
Le contrôle ultime de compatibilité, dernier maillon de sécurité, est toujours mis en cause mais d’autres défaillances sont systématiquement associées au niveau :
  • du contrôle à réception,
  • de la vérification de l'identité du receveur,
  • des contrôles de concordance entre patient, produits et documents (plus de 90% des cas)
Cette étude a permis d’identifier, des dysfonctionnements ou des défaillances dans tous les cas, avec une moyenne de 2,6 dysfonctionnements par cas »
1. Les trois objectifs du CUPT
1. Vérifier les concordances
Appliquer les contrôles ultimes pré transfusionnels obligatoires, verrous incontournables de la sécurité transfusionnelle :
  • 1ère étape : contrôle des 4 concordances pour tous les PSL :
    • Concordance d’identité
    • Concordance de groupe sanguin
    • Concordance de produit
    • Concordance des protocoles transfusionnels
  • 2ème étape uniquement pour les concentrés de globules rouges :
    • pratique et interprétation du test de compatibilité biologique ABO
    • décision
    • conduite à tenir en cas d’anomalie ABO
2. Eviter une erreur transfusionnelle ABO
3. Transfuser le bon produit au bon patient
2. Les cinq points clés de la réalisation d’un CUPT
1. Obligatoirement au lit du patient
Circulaire du 15 décembre 2003 relative à la réalisation de l’acte transfusionnel :
La sécurité de l’acte transfusionnel repose sur : une unité de lieu, une unité de temps et une unité d’action.
Unité de lieu : le contrôle pré-transfusionnel est effectué en présence du patient
Unité de temps : le contrôle pré-transfusionnel concerne la vérification simultanée de l’identité du receveur et du PSL à transfuser
Unité d’action : C’est la même personne qui procède à l’ensemble des contrôles (receveur, documents, PSL) et qui met en place la transfusion (« Je contrôle, je transfuse »)
2. Ne concerne qu’un seul patient à la fois
3. Obligatoire pour chaque PSL y compris en cas d’urgence vitale
4. Réalisé immédiatement avant chaque transfusion
5. Réalisé par la personne qui pose la transfusion
3. La réalisation pratique d’un CUPT
Le contrôle ultime pré-transfusionnel comprend toujours deux étapes :
  • 1ère étape : Pour tous les PSL, contrôle ultime attentif des quatre concordances :
    • concordance d’identité
    • concordance de groupe
    • concordance de produit
    • concordance de protocoles transfusionnels
  • 2ème étape : Uniquement pour les CGR, réalisation du test de compatibilité biologique ABO entre le sang du malade et le sang de la poche de CGR (cette étape ne concerne pas les concentrés de plasma et de plaquettes)
3.1 1ère étape : Contrôle attentif des quatre concordances : identité /groupe/ produit/ protocoles
3.1.1. Concordance d’identité
Vérifier la concordance absolue de l’identité du receveur (nom de naissance, prénom(s), date de naissance, sexe, nom marital ou usuel s'il y a lieu) :
EN INTERROGEANT LE PATIENT PRESENT DANS LE LIT (lorsque son état le permet) AVEC LES MEMES REGLES QUE POUR LE GROUPAGE SANGUIN c’est-à-dire FAIRE DECLINER, COMME LE VEUT L'USAGE, LE NOM MARITAL, LE NOM DE NAISSANCE, LE (S) PRENOM(S), LA DATE DE NAISSANCE
Ceci est l’élément supplémentaire indispensable par rapport aux contrôles effectués lors de la réception des PSL. En cas d’impossibilité, suivre la procédure d’identification en vigueur
Cette identité doit concorder avec celle mentionnée :
  • sur la prescription médicale de PSL
  • sur le document de groupage sanguin (carte de groupe et résultat RAI)
  • sur la fiche de délivrance (FD)
  • sur l’étiquette de la poche en cas de transfusion autologue ou de compatibilisation
Identité patient = Identité sur la prescription = Identité carte = Identité FD = Identité PSL (compatibilisé autologue)
Cas clinique : erreur d’identité
M. Br. Jean-François, né le 5/11/48, est hospitalisé et transfusé à la suite d’une hémorragie digestive. L’infirmière se rend au lit du patient avec les documents et le CGR au nom de M. Br. François né le 12/12/48 et l’interroge avant transfusion :
« pouvez-vous me donner votre nom et votre prénom ?
- je suis M. Br. Jean-François. Ici, tout le monde m’appelle François, mais mon véritable prénom est Jean-François.
« quelle est votre date de naissance ? »
- je suis bien né en 1948, le 05/11/48 »
Conclusion : homonymie, mais prénom et date de naissance différents.
3.1.2. Concordance de groupe sanguin
Vérifier la concordance des groupes sanguins ABO entre :
  • l’étiquette de la poche du PSL
  • le document de groupage sanguin (carte de groupe)
  • et la FDN
Deux cas se posent :
  • Tranfusion isogroupe
  • Transfusion non isogroupe
3.1.2.1. Transfusion isogroupe
Les groupes ABO du malade et de la poche sont identiques :
  • vérifier la concordance des produits et protocoles transfusionnels et passer à la 2ème étape pour les CGR : pratiquer le test de compatibilité biologique ABO
  • voir aussi le Rhésus pour les CGR et les concentrés plaquettaires
3.1.2.2. Transfusion non isogroupe
Les groupes sont différents :
  • Vérifier qu’ils sont compatibles : se référer au schéma de compatibilité ABO ci-dessous. Vérifier qu’il s’agit des bonnes unités destinées au bon patient
  • Vérifier la concordance des produits et protocoles transfusionnels et passer à la 2ème étape pour les CGR : pratiquer le test de compatibilité biologique ABO
Au moindre doute, appeler le médecin responsable de la transfusion qui seul peut décider ou non de l’utilisation de ce produit. Celui-ci contacte, si nécessaire, le médecin de l’EFS habilité à délivrer un conseil transfusionnel
Cas clinique : erreur de concordance de groupe sanguin
1 CGR destiné à un patient A+
Erreur d’attribution de l’EFS : la fiche de délivrance (FD) du patient A+ est jointe à une poche O+ destinée à un autre patient
Le CGR O+ est reçu dans le service :
  • e contrôle à la réception n’est pas réalisé
  • le contrôle ultime au lit du malade est incomplet : l’infirmière note la différence de groupe lors du test (patient A, CGR O)
  • elle ne vérifie pas le groupe de la poche noté A+ sur la FD
  • elle ne contrôle pas la concordance de n° de CGR reçu avec celui noté sur la FD
3.1.2.3. Compatibilité ABO pour la transfusion de CGR
En cas de transfusion de PFC, le sens de compatibilité est inversé
3.1.3. Concordance de(s) produit(s) sanguin(s)
Vérifier la concordance des produits reçus (CGR, PFC, CPA, MCP, sang total reconstitué) avec :
  • la prescription médicale de PSL
  • la FD
  • l’étiquette de la poche de PSL
Vérifier la concordance des numéros des produits reçus :
  • sur la FD
  • sur l’étiquette de la poche de PSL/li>
Concordance de produit
CGR = Ordonnance = FD
Cas clinique : erreur de concordance de produit
2 CGR A+ distribués pour 2 patients adultes hospitalisés dans la même nuit dans le même service.
Même groupe sanguin A+
Même sexe, environ le même âge (76 et 78 ans)
Pathologie similaire
1 CGR est compatibilisé pour le patient n°2 en raison d’une RAI positive
1er CGR destiné au patient n°1 est reçu dans le service :
CGR non compatibilisé transfusé au patient n°2
2ème CGR reçu un peu plus tard pour le patient n°2 non transfusé
Conclusion :
Défaut de contrôle à réception pour la 1ère poche reçue
Défaut de contrôle ultime au lit du malade : 1ère étape non réalisée
Gravité des conséquences transfusionnelles pour le patient n°2
3.1.4. Concordance des protocoles transfusionnels
Vérifier la concordance des protocoles transfusionnels :
  • sur la prescription médicale de PSL
  • sur l’étiquette de la poche de PSL
Les protocoles éventuellement prescrits sont spécifiques au patient et concernent les qualifications ou transformations suivantes :
  • Qualifications : phénotypé, compatibilisé, CMV négatif, HLA compatible
  • Transformations : irradié, déplasmatisé, réduction de volume
Cas clinique : erreur de conformité des protocoles transfusionnels
Prescription de 2 CGR phénotypés pour 1 patient greffé
Erreur de distribution de l’EFS : produits non phénotypés délivrés et RAI + 21 jours plus tard
Erreur soignant : défaut de contrôle à réception et défaut de contrôle au lit du patient
3.2. 2ème étape : Epreuve de compatibilité biologique ABO
(Cette étape ne concerne pas les poches de plasma et de plaquettes)
Réaliser l’épreuve de compatibilité biologique ABO entre le sang du malade et le sang de la poche de CGR
Noter sur la carte de contrôle l’identité du patient, la date et la personne ayant réalisé le test, le n° du CGR
Noter dans le dossier transfusionnel l’interprétation du contrôle
S’il y a concordance, et que les résultats obtenus sont ceux attendus au vu de la carte de groupe et de l’étiquette du CGR, la transfusion peut être réalisée
Réaliser le test implique pour l’opérateur de débuter la transfusion
4. Rappel de la réglementation
Les conditions de réalisation du contrôle ultime pré-transfusionnel (CUPT) sont définies dans la circulaire n° 03/582 du 15 décembre 2003 relative à la réalisation de l’acte transfusionnel
L’acte transfusionnel :
« Il est réalisé par les médecins et, sur prescription médicale, par les sages-femmes ou le personnel infirmier et impose, lorsqu’il est délégué, une collaboration étroite et constante avec les médecins afin que ceux-ci puissent intervenir à tout moment »
Le médecin prescripteur est responsable de la transfusion qu’il ordonne : il doit vérifier la compétence de la personne à laquelle il en délègue la réalisation. Il doit s’assurer que les conditions de réalisation de l’acte sont optimales pour le patient. S’il n’est pas lui-même présent au moment de la réalisation de l’acte transfusionnel, il doit s’assurer d’une présence médicale susceptible d’intervenir à tout moment
« La sécurité de l'acte transfusionnel repose sur :
  • Une unité de lieu : contrôle ultime pré-transfusionnel effectué en présence du patient,
  • Une unité de temps : contrôle simultané de l'identification du receveur et du produit sanguin labile à transfuser,
  • Une unité d'action : réalisation de l’ensemble des contrôles par la même personne »
Le contrôle ultime pré-transfusionnel :
« Il s'agit du dernier contrôle de sécurité avant l'administration du produit sanguin labile. Il est toujours réalisé en présence du patient à l'aide des documents et matériels nécessaires et il est renouvelé pour chaque unité transfusée au rythme de leur pose
Le contrôle ultime pré-transfusionnel se décompose en deux étapes. Chacune de ces étapes doit être exécutée successivement, selon un mode opératoire précis
  • Première étape: le contrôle ultime de concordances entre le patient, les produits et les documents
  • Deuxième étape : le contrôle ultime de compatibilité biologique ABO en présence du patient lors de la transfusion de concentré globulaire homologue ou autologue »
Rappelons que :
Le CUPT est obligatoire pour toute transfusion de produit sanguin labile (PSL), y compris :
En cas d’urgence vitale : dans ce cas, l’attribution des PSL « court-circuite » la procédure habituelle et le CUPT doit impérativement jouer son rôle de verrou sécuritaire
En cas de transfusion autologue : les données de l’hémovigilance montrent que des accidents ABO sont survenus avec des CGR autologues (cf. cas pratiques)
Même si une épreuve de compatibilité au laboratoire (réaction de compatibilité entre le sérum du malade et les hématies de la poche à transfuser) a été préalablement effectuée
En effet, le CUPT s’impose, car il permet de parer dans le système ABO aux erreurs d’étiquetage de tubes, d’attribution de CGR et d’identification du patient
« En France, le risque global d’erreur d’attribution est actuellement estimé à 1 pour 30 000 transfusions avec une potentialité de décès à chaque cas. Ce risque, constant dans sa mesure depuis plusieurs années, figure parmi les causes actuelles majeures de morbidité et mortalité transfusionnelle, avec les accidents par contamination bactériologique, par surcharge volémique et les TRALI. En 2015 l’ANSM a reçu 7836 EIR soit une incidence de 136,9 pour 10 000 patients transfusés (Rapport activité hémovigilance ANSM 2014)
L’analyse rétrospective de plus de 60 cas de ces erreurs d’attribution a montré que les dysfonctionnements surviennent tout au long de la chaîne transfusionnelle
Le contrôle ultime de compatibilité, dernier maillon de sécurité, est toujours mis en cause mais d’autres défaillances sont systématiquement associées au niveau :
  • du contrôle à réception,
  • de la vérification de l'identité du receveur,
  • des contrôles de concordance entre patient, produits et documents (plus de 90% des cas)
Cette étude a permis d’identifier, des dysfonctionnements ou des défaillances dans tous les cas, avec une moyenne de 2,6 dysfonctionnements par cas »
Vous pouvez les réaliser :
  • En évaluation initiale de début de chapitre
  • A l’issue du cours, pour évaluer les connaissances acquises
  • Ultérieurement, pour mesurer le maintien de vos acquis
SUPPORTS PEDAGOGIQUES
LE CONTROLE ULTIME PRE-TRANSFUSIONNEL (CUPT) [DIAPORAMA]
Betbeze V, 2009
Texte integral : Texte integral
A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
B
Bonnes pratiques transfusionnelles
Ensemble des éléments d'une pratique éprouvée qui concourent collectivement à l'obtention de PSL satisfaisant systématiquement à des spécifications prédéfinies et au respect de réglementations définies.
C
CMV négatif
Qualification appliquée aux PSL provenant de donneurs chez qui la recherche d'anticorps anti-cytomégalovirus (CMV) est négative au moment du prélèvement.
Compatibilisé
Qualification appliquée aux PSL cellulaires homologues (CGR, concentrés plaquettaires) pour lesquels une épreuve directe de compatibilité au laboratoire entre le sérum du receveur et le PSL a été réalisée.
Conseil transfusionnel
Aide apportée au choix de la thérapeutique transfusionnelle, à la prescription de PSL, à la réalisation de l'acte transfusionnel, au suivi des receveurs et à l'application des conditions de conservation et de transport des PSL.
D
Délivrance de PSL
Mise à disposition de PSL sur prescription médicale en vue de leur administration à un patient déterminé.
Déplasmatisation
La déplasmatisation consiste à éliminer de façon aseptique la majeure partie du plasma d'un composant sanguin cellulaire.
I
Irradiation
Consiste à exposer un produit sanguin labile cellulaire homologue à usage thérapeutique à une source de rayonnement ionisant, dose reçue sur chaque partie de 25 à 45 grays.
P
Produit sanguin labile (PSL)
Produit préparé à partir du sang humain ou de ses composants, notamment le sang total, le plasma et les cellules sanguines d'origine humaine.
Phénotypage RH Kell
Détermination pour un patient ou pour un produit sanguin de la présence ou non des antigènes de systèmes de groupes sanguins Rhésus Kell : Ag D, C, E, c, e, K ou RH1, RH2, RH3, RH4, RH5, KEL1 (nomenclature international).
Phénocompatibilité
Choix et délivrance d’un CGR n’apportant pas d'antigènes de systèmes de groupes sanguins Rhésus-D (RH) et Kell 1 que n’a pas le receveur
Q
Qualification d'un PSL
Opération destinée à démontrer l'aptitude d'un produit sanguin, à satisfaire les exigences de qualité et de sécurité spécifiées.
R
Réduction de volume d'un PSL
Consiste à éliminer aseptiquement une partie du milieu de suspension d’un PSL homologue.
OUTIL DE RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE SELON LES ITEMS SUIVANTS ASSOCIÉS AU COURS